La vie du chien à t-elle un prix?

Enfin l’autobus est arrivé, vient James, attention il y a trois marches, doucement la première est plus haute. Ho la la! il y a foule aujourd’hui, je vais essayer de le diriger dans un coin tranquille. Outch ! c’est ma patte ça! merde, aucun banc de libre et tous ces humains qui font comme si on n’existait pas. Je sais que vous nous avez vue tsé! Ça bouge beaucoup trop , maudite bosses, pas facile rester debout. Bon enfin notre arrêt il était temps. Vient James c’est ici qu’on débarque, attention c’est encore ces vilaines escalier de tantôt. 1, 2 et enfin la troisième marche, qu’elle est difficile celle là!

Youpi ! on est au parc, j’adore ça et James aussi, il est plus calme ici. Bon des enfants, c’est pas que je ne les aiment pas, mais ils me distrait lorsqu’ils me flatte. L’autre jour James à faillit tomber, je n’avais pas remarqué cette roche, l’enfant était devant moi. Vient James on va s’asseoir  un peu sur le banc de parc je te sens fatigué, un peu sur la gauche, recule , bien tu peux t’asseoir maintenant. Relaxer un peu ça fais du bien, surtout que la journée ne fait que commencer. Ha quel bonheur d’être avec toi James, hummm! j’aime ça quand tu me gratte derrière l’oreille.

Bon! que veut-il celui là? Comment ça pas de chien dans le parc? je suis pas n’importe qui, moi monsieur. James n’est pas du genre à discuter, j’aimerais avoir la parole parfois, je leurs diraient ma façon penser moi! Vient James partons on a des tonnes de choses à faire de toute façon.

Commençons par le marché, cette place est remplis de nourritures et contient aussi beaucoup d’humains. Je dois faire gaffe, les paniers avec des roues sont dangereux, on m’accroche souvent et James aussi, difficile à éviter ces trucs là! Ok, on a besoin de lait, c’est par ici je me souviens de cette odeur, meilleur que celle de la vache hahaha! Bon trêve de plaisanteries. La rangée du pain maintenant. Pour payer James doit se rendre à une demoiselle qui a une grosse boîte en métal et dépose dedans les sous a James. On doit rester parfois quelques temps sans bouger derrière les gens, ça c’est un peu achalant, on est coincé, j’aime pas  trop, car je vois mal autour de moi, James pourrait se faire blesser. Bon enfin sortis de là, on vas traver……… ATTENTION!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Ouille j’ai mal, cette sacrée voiture , je l’avais pourtant vue! Merde et James ou est-il?  Est-ce qu’il va bien?  Ha te voilà, ben non pleur pas, je vais dormir un peu et tout rentrera dans l’ordre. Aille ! tout doux, ça fais mal, on m’emmène où ?Qui va s’occuper de James?

Tiens c’est qui c’est blouses blanches? Ils parlent à James, il pleur encore. Des sous? pourquoi on parle de sous, j’vous signale que je suis sur la table, elle est froide et j’ai mal grouillez vous!!! James a pas tous les sous, puis après, j’ai une vie moi et j’ai du travail à faire. Sans moi James  ne pourra plus rien faire, je suis ses yeux. Vous n’allez tout de même pas lui enlever les yeux pour une question de sous ! C’est quoi cette seringue? elle m’endort, bonne nuit James on se reverraaaaaaaaaaaaaaa……………..

Saviez vous qu’un chien d’assistance coûte cher, en moyenne 30 000$ et remis gratuitement aux personnes qui en on besoin. Pour remplir adéquatement ses fonctions le chien à besoin d’un entraînement rigoureux qui dur 4 mois, auparavant il grandit dans une famille d’accueil pour apprendre les rudiments de la vie quotidienne. L’entraînement apprend au chien à obéir à différents commandements pour qu’il puisse remplir avec sécurité ses fonctions et se familiariser dans différents milieux, les bordures de trottoirs, traverser les rues, aller dans les centres commerciaux, les transports en commun etc…

On pourrait présumé que dans la charte des droits et libertés un chien guide serait considéré. Donc, comment expliquer que Ingrid Carey s’est vu refuser par la ( SAAQ) Société de l’assurance automobile du Québec, l’assurance pour son chien d’assistance victime d’un délit de fuite à Montréal.

Pourtant les chiens guide sont reconnus par les tribunaux québécois comme étant un moyen de pallier un handicap. Il est en effet interdit d’exercer de la discrimination à l’endroit des personnes qui ont recours à un chien d’assistance . Le premier jugement québécois confirmant cette interdiction remonte à 1982.

Le chien guide est une aide technique qui permet à une personne non voyante ou à une personne qui a un handicap moteur ou cognitif. Il aide notamment à se déplacer et à prendre des objets. La commission des droits de la jeunesse  reconnaît également le chien d’assistance pour un enfants présentant un trouble envahissant du développement comme un moyen de pallier le handicap.

Savez-vous qu’au Québec, il y a environ 90 000 personnes qui sont non-voyants ou vivent avec une déficience visuelle. Que 60 000 personnes sont en situation de handicap utilisant un fauteuil roulant et que plus de 10 000 enfants présentent un TED ( trouble envahissant du développement)

Comment se fait-il que le gouvernement ne prenne pas en charge les frais encourus lorsque le chien d’assistance se fais blesser ou a besoin de soins quelconques.  Pour ces personnes le chien c’est  leurs vies, leurs libertés, leurs autonomies. Sans oublier le côté psychologique.                                   FAUT QUE ÇA CHANGE!!!!!

 

 

0aa44bd4f551b7a5d7f1314f20b9af7e

 

Signez la pétition    cliquez ici et signer la pétition pour que la SAAQ paie pour le chien de Ingrid Carey

 

menu_banniere      faites un don cliquer ici

 

Publicités

Publié par

lyne lauzon

http://www.blurb.ca/b/7782427-bon-ma-tre-bon-chiot www.canins.ca

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s